Transmission : 4 décennies de références, de savoir-faire. Quel avenir pour notre outil de travail ?

Un architecte exerce pour construire. Construire ses créations à partir d’un contexte, d’un programme, d’une enveloppe budgétaire. Construire accompagné de bureaux d’études et d’entreprises afin de réaliser son œuvre. Mais sans Maître d’ouvrage, sans commande, comment peut-il construire ?

Prêter serment à l’Ordre de sa région est le point de départ. S’installer et espérer ses propres projets peut être angoissant ou excitant. Mais comment doit-on procéder pour accéder à la commande, se faire un réseau, s’intégrer dans cet environnement professionnel auquel on pense appartenir et auquel on croit pouvoir accéder ? 

Les uns vous demandent des chiffres d’affaires et des références que vous n’avez pas, les autres vous proposent de réaliser des esquisses avec l’argent que vous n’avez pas encore.

C’est en travaillant que l’on accède à la commande, au grès des rencontres et des expériences. Se constituer un carnet d’adresse et gagner la confiance d’un maître d’ouvrage, se fait au prix de longs efforts fastidieux. 

De l’autre côté, il y a des confrères qui ont eu leur carrière, accumulé les commandes et les références. Ils ont pu structurer un réseau local d’entreprises, de bureaux d’études. Ils ont engrangé une expérience leur permettant d’être reconnu pour leur expertise dans certains domaines. Mais plus important encore, au fil de leur carrière, ils ont lié des relations privilégiées avec des donneurs d’ordres publics ou privés, rencontré les services administratifs de mairies, acquis une connaissance de leur territoire.

La construction d’un environnement vertueux propice à l’épanouissement économique de notre activité professionnelle prend du temps. Sa perte a des conséquences bien au-delà de la fermeture simple d’une agence d’architecture.

L’accompagnement, la formation, la passation du travail d’une vie professionnelle pourrait être, bien plus qu’une envie ou une opportunité, une nécessité en ces temps de raréfaction de la commande publique et privée et de complexification de l’exercice de notre profession (normes, missions, règlementations).

A combien estimez-vous le préjudice de la perte de 40 ans de références ? Comment expliquer aux entreprises avec qui vous avez construit patiemment tous vos projets que c’est la fin ? Comment mettre un terme brutalement à votre activité, vous séparer de vos collaborateurs ?

Ainsi la transmission d’une agence d’architecture peut être l’opportunité de :

  • Former un architecte chef d’entreprise qui fera perdurer dans le temps votre travail en le faisant évoluer à sa manière,
  • Continuer à faire vivre ses références pour de futurs projets,
  • Permettre à vos clients un suivi des affaires en cours,
  • Assurer une continuité économique auprès du tissu d’entreprises que l’on a fidélisées,
  • Promouvoir le développement d’un jeune confrère, 
  • Valoriser financièrement son travail et son expérience et s’assurer un capital en modelant son outil de travail en prévision de sa future transmission,

Transmettre pourrait être un acte social, économique et culturel. Un devoir pour notre profession qui a besoin de continuité, d’expertise et de la connaissance d’un territoire et de ses acteurs.

Partager :